Fondations Edmond de Rothschild
 

Young Vic Theatre

Fondé en 1970 par Sir Laurence Olivier, le Young Vic Theater propose une grande variété d’œuvres théâtrales, qu’il s’agisse de classiques, de nouveautés, de pièces oubliées ou de théâtre musical. En collaborant avec les plus grands metteurs en scène, concepteurs, techniciens et acteurs venus du monde entier et en offrant un lieu d’expression à toute une génération d’artistes britanniques de talent, notamment à des metteurs en scène, le Young Vic a acquis une renommée internationale. Le mélange de jeunesse, d’expérience, d’ambition et de génie qui caractérise le Young Vic en fait l’un des théâtres les plus passionnants du monde. Quant à son public, il est connu pour être le plus jeune et le plus éclectique de Londres. Et ce, parce que le Young Vic tient beaucoup à attirer tous les publics, y compris ceux qu’aucune programmation « découverte » ne déciderait à aller au théâtre.

Un théâtre pour tous, avec le programme, « Taking Part »

Le Young Vic se veut ouvert à tous. Chaque année, la salle londonienne accueille quelque 100.000 personnes et des milliers d’autres découvrent le Young Vic en tournée. Bien que le théâtre reste l’activité principale du Young Vic, son horizon dépasse la production de spectacles, comme le montre le Programme Taking Part.
Ce programme a pour objectif d’abattre les barrières qui limitent l’accès du public à l’expérience théâtrale, que ce soit en tant que créateur ou que spectateur. Chaque année, le programme collabore avec plus de 10.000 personnes et au moins 250 établissements scolaires et organisations locales des quartiers londoniens de Lambeth et Southwark. La participation aux projets est entièrement gratuite, l’objectif étant d’accueillir un public dont les moyens limités ne permettraient pas l’accès à un théâtre de qualité, que ce soit en tant que participant ou que spectateur.

Un lien privilégié avec les deux quartiers voisins de Lambeth et de Southwark

Toute l’équipe s’emploie à ce que le Young Vic soit un lieu où les gens du quartier, jeunes et moins jeunes, se sentent les bienvenus. Les quartiers de Lambeth et de Southwark sont respectivement 5ème et 9ème sur la liste des zones les plus défavorisées de Londres. Ils sont marqués par la présence d’une importante population défavorisée, par une grande pluralité ethnique et par la forte présence de résidents issus de populations noires et de groupes ethniques minoritaires. Plus de 150 langues sont parlées dans les écoles de ces quartiers, l’anglais étant pour beaucoup une deuxième langue. Par ailleurs, le taux de pauvreté infantile est élevé, les foyers monoparentaux sont en augmentation, le niveau de scolarisation est faible et le chômage de longue durée enregistre, lui aussi, des taux élevés.
Le Young Vic utilise le théâtre pour proposer des activités créatives constructives et ludiques animées par des artistes professionnels. Il s’agit pour les artistes de mettre leurs compétences au service de ces jeunes et de faciliter leur accès au théâtre, pensé comme un moyen d’acquérir la confiance en soi et les compétences transférables qui viendront les aider dans leur développement personnel.

Ateliers de théâtre : les Fondations Edmond de Rothschild s’engagent dans la médiation culturelle

Parallèlement à son travail de production théâtrale, l’équipe du Young Vic anime, en milieu scolaire et dans ses locaux, des ateliers de théâtre dont le thème est en rapport avec ses productions. Elle développe, autour de chaque pièce, un projet et des outils pédagogiques et propose ces ateliers dans des établissements scolaires des quartiers de Lambeth et de Southwark. Chaque atelier accueille de 20 à 30 élèves. Il est animé par l’assistant metteur en scène de chaque production et par un acteur professionnel. Cette configuration permet aux élèves d’entrer en contact direct avec les artistes qui ont une connaissance approfondie de la pièce. Les élèves reçoivent un bref extrait de la production du Young Vic qu’ils sont invités à analyser ; il s’agit pour eux de décortiquer la langue, le sens et les thèmes abordés. Par la suite, les élèves sont invités à réfléchir à une mise en scène de l’extrait en explorant le mouvement, la caractérisation et la voix – avant d’exécuter leur interprétation devant le groupe à la fin de l’atelier. Quant aux ateliers scéniques, ils sont l’occasion de travailler avec l’équipe de production – éclairage, sonorisation et gestion scénique – et de voir comment la partie technique est réalisée et contribue à la performance.

Ces ateliers sur mesure sont adaptés en fonction de la production concernée et des besoins des participants. Les élèves en retirent une connaissance concrète du théâtre et de la manière dont s’élabore un spectacle professionnel. Ce savoir leur permettra de devenir des spectateurs avisés et, espérons-le, des acteurs plus engagés de leur propre vie.

De toute évidence, ce programme s’inscrit pleinement dans l’action menée par les Fondations Edmond de Rothschild en matière de médiation culturelle. Les Fondations croient profondément à la nécessité d’une éducation complète qui ouvre des horizons et des opportunités culturels aux élèves et les aide à se définir dans leur unicité.